skip to Main Content

18 mars 2020 – Évangile (Mt 5, 17-19)

En ce temps-là, Jésus disait à ses disciples :

« Ne pensez pas que je sois venu abolir la Loi ou les Prophètes : je ne suis pas venu abolir, mais accomplir.

Amen, je vous le dis : Avant que le ciel et la terre disparaissent, pas un seul iota, pas un seul trait ne disparaîtra de la Loi jusqu’à ce que tout se réalise.

Donc, celui qui rejettera un seul de ces plus petits commandements, et qui enseignera aux hommes à faire ainsi, sera déclaré le plus petit dans le royaume des Cieux.

Mais celui qui les observera et les enseignera, celui-là sera déclaré grand dans le royaume des Cieux. »

 

Commentaire du Père Pablo

Dans l’Évangile de ce mercredi, nous pouvons voir comment Jésus vient en tant qu’enseignant de la Vérité. Mais avant de vouloir donner un nouvel enseignement, il présente l’ancienne alliance comme un soutien pour rencontrer la présence de Dieu. Cette alliance rappelle à ce peuple que Dieu a agit tout au long de sa vie, comme un Père, mais ils ne savait pas voire ces préceptes.

Mais pourquoi le Seigneur nous demande-t-il d’être fidèles à sa Parole aujourd’hui ?

Jésus nous rappelle de garder sa parole et que si nous méditons dans notre cœur, nous pourrons expérimenter qui est un Dieu qui se manifeste dans l’histoire de l’homme, dans notre  vie et pour que cette attente soit un moment pour affirmer les fondements de notre vie chrétienne.

Soyons fidèles aux enseignements de Jésus et voyons comment la mémoire historique, bien vécue au milieu de la communauté chrétienne, nous permet de rencontrer un Dieu qui est au milieu de nous, non pas comme une bonne idée, mais comme quelqu’un  de concret qui prend soin de chacun de nous.

C’est pour cela que Saint Augustin a parlé de la mémoire comme l’un des « pouvoirs » ou « facultés » de l’âme, qui amène à mettre un relief les merveilles que Dieu a fait. C’est la première étape fondamentale pour redécouvrir la puissance de Dieu dans nos vies, cette mémoire historique nous amène à actualiser notre vie de foi et à reconnaître la grandeur de Dieu et à remercier sa miséricorde pour sa fidélité.

Cet article comporte 2 commentaires

  1. Merci pour cet évangile en ligne ainsi que le commentaire de Pablo.
    Continuez à nous permettre de vivre notre foi en ces moments d’isolement.
    Marie-Thérèse

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Avatar for Jean-François Devaux

L’évangile du 18 mars et le commentaire du Père Pablo

Back To Top