skip to Main Content
Le Chemin …

Ce 24 décembre 2018 avant 18h une foule nombreuse se dirige vers le gymnase de Mornant, des petits, des grands, des jeunes, des vieux etc. Que vient faire tout ce monde ? Des visages souriants et connus nous accueillent à l’entrée nous indiquant les places disponibles. (800 ou peut être 1000 personnes sont assises sur les gradins, les bancs, les chaises).

Puis un silence impressionnant s’installe, une jeune femme monte sur l’estrade devant l’autel et nous lit un texte écrit lors de la grande guerre par un soldat au fond de sa tranchée le soir de Noël à sa jeune femme restée chez elle. Pas un bruit, une atmosphère spéciale règne. Je pense moi-même qu’en cette nuit encore d’autres soldats de part le monde font la même chose.

Quand cette folie s’arrêtera t elle ?

Nous les chrétiens rassemblés là chantons et voulons la paix puisque nous sommes venus fêter l’anniversaire de la naissance d’un bébé nommé « JESUS » arrivé il y a plus de 2000 ans. Des enfants avec beaucoup de sérieux entrent costumés pour mimer cette scène de la crèche. Au cours de cette célébration les paroles et les textes sont projetés sur un écran, l’orchestre et une jeune femme nous aident à chanter et d’autres à prier.

Je sens une com…union entre nous et la joie monte en moi surtout en écoutant l’homélie de Charles-Henri même si quelques bambins s’en donnent à cœur joie en courant dans les allées. C’est la vie … ils ne nous dérangent pas.

Après les chants traditionnels de Noël, comme à son habitude Charles-Henri a repris avec bonne humeur le refrain sur l’air des sardines de Patrick Sébastien avec les paroles suivantes «  qu’est ce qu’on est serré au fond de ce gymnase chantent les chrétiens, chantent les chrétiens. Qu’est ce qu’on est serré… »

J’ ai eu la grande joie d’ embrasser et de souhaiter joyeux Noël à pleins d’amis, entre autres Claudette, Michel et Sylvie que je n’avais pas vu depuis quelques temps. Avec l’aide de tous, la salle a été débarrassée des bancs et des chaises en 10 minutes. A la sortie chacun recevait un petit papier jaune avec pour message. JOIE ou PARTAGE ou VIE. Un grand, grand, grand merci à tous ceux qui ont préparé cette belle célébration.

J’espère que d’autres dans le futur pourront vivre une pareille aventure.

Étiennette

(illustration : Nativité, vitrail de la vierge, église Saint Pierre à Mornant)

 

Cet article comporte 2 commentaires
  1. Merci Étiennette.
    Notre génération n’a pas connu la Seconde Guerre mondiale et encore moins la Première.
    Le Puy du Fou a reconstitué une tranchée de quelques centaines de mètres qui se parcourent en une vingtaine de minutes. Le visiteur suit les échanges d’un soldat et de sa fiancée en cheminant dans un boyau ponctué de pièces au plafond bas, dans le vacarme de la guerre, parfois à tâtons parce que la lumière est rare. Cette reconstitution montre le quotidien de beaucoup de poilus qui subirent la faim et le froid dans ces fosses militaires. A travers le témoignage des « amoureux de Verdun », nous ne pouvons que penser « et pourtant les Poilus vivaient là-dedans ! ».
    Le spectacle finit cependant sur une note joyeuse : la trêve de Noël. Les soldats allemands, français et anglais ont en effet déposé les armes et fraternisé le temps d’une journée symbolique.
    Jean-Louis

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Robert

RKM

Back To Top