skip to Main Content
Conférence de Jean-Claude Robert à St Laurent-d’Agny
discussion en ligne

Conférence tout public du vendredi 22 mars 2019
Si vous l’avez manquée, rien n’est perdu, lisez et commentez ici.

Pour répondre à la question
« C’est quoi la famille aujourd’hui ? »


Jean-Claude a observé la société, suivi le travail de chercheurs en sociologie, et lu un certain nombre d’ouvrages sur l’évolution de la société pendant ce dernier demi-siècle.

 

Pour la très grande majorité des français, la même évolution de pensée ou de comportement a lieu dans tous les secteurs de la société.


Il nous a synthétisé les changements en quatre modèles successifs
décrivant l’évolution des mentalités depuis la deuxième guerre mondiale
jusqu’à aujourd’hui.

 

Il est entendu que modèle est à prendre ici au sens de description.


1 – Modèle pyramidal


Encore très majoritaire il y a cinquante ans.

  • Un chef décide et répartit les tâches, les individus doivent apprendre à obéir, les lois sont coercitives.
  • Les entreprises sont dirigées par un Patron.
  • Dans la famille, le père a tous les pouvoirs, la femme est soumise, les enfants obéissent…
  • L’individu décline son appartenance à une classe.

2 – Modèle complémentaire


  • Les différences sont reconnues, les rôles et les tâches sont partagées en fonction des compétences de chacun.
  • Au niveau familial : l’homme travaille, la femme est à la maison et l’enfant va à l’école dans l’objectif de « passer son bac ».
  • L’individu se défini par son rôle dans la société, l’entreprise, la famille.

3 – Modèle égalitaire


  • Les différences sont gommées, l’homme et la femme se ressemblent .
  • Égalité entre l’homme et la femme dans le couple. Davantage de droits pour les femmes et les enfants.
  • Dans l’entreprise, les individus sont plus polyvalents.
  • Unité de la famille aux dépens de la liberté.

4 – Modèle libéral et partenarial


  • Modèle libéral et partenarial, basé sur la liberté individuelle et l’épanouissement personnel : libre, autonome, responsable.
  • On raisonne en projets, on se lance comme autoentrepreneur  (freelance) ou dans une jeune pousse (startup).
  • On cherche à s’associer avec des partenaires pour une durée limitée au projet en fonction de l’expertise des uns et des autres.
  • C’est l’ère de la coopération, des trajets partagés, de l’appel à un entraineur (coach), du travail collaboratif, et de la parentalité partagée.
  • La mode du moment nous dit cela en « CO » et souvent en anglais : cotravail (terme français officiel pour coworking), covoiturage, coaching (encadrement, mentor, moniteur, entraineur), coopération… jusqu’au co-parenting !

C’est le modèle actuel

On voit très nettement ce quatrième modèle à l’œuvre en France dans la famille aujourd’hui : négociations dans le couple pour que chacun trouve son épanouissement, être bien dans sa peau, culture de l’image de soi à travers son corps, la mode qui ne doit pas le contraindre, le mettant à nu si nécessaire.

On remarque que d’importants changements s’opèrent aujourd’hui à l’échelle d’une vie. En fonction de nos convictions personnelles, nous défendons, nous combattons, nous promouvons tel ou tel modèle, et devenons nous-mêmes le moteur de ces changements.


 

 Conséquences

  • Apparition de la médiation pour gérer pacifiquement ces bouleversements.
  • Séparation des vies de couple conjugal et couple parental
  • Nouvelles manières de voir les choses

Nouvelles visions

Épanouissement personnel en priorité

  • Quand chacun a une vie différente ? Où allons nous nous installer ?
  • Quand chacun a des besoins différents ? Comment satisfaire les attentes de chacun ?
  • Quand chacun a des désirs différents ? Qu’allons nous partager ?

Partenariats à durée limitée

  • Augmentation des ruptures et recompositions
  • Apparition de la médiation pour
    gérer pacifiquement ces bouleversements.
  • Distinction des vies de couple conjugal et couple parental

Co-parentalité

Après le co-voiturage, la co-location, et les autres co…
La co-parentalité (co-parenting faut-il dire), c’est quoi au juste ?

  • Des enfants, oui, mais sans la relation amoureuse stable qui va avec.
  • Un homme et une femme décident d’avoir un enfant et de l’éduquer à deux, sans être ni amoureux, ni habiter ensemble.
  • Si la décision est souvent prise entre deux amis, ce modèle gagne du terrain en Allemagne où une dizaine de sites web sur le sujet sont consultables.
  • À Berlin, Julien Mechaussie est allé à la rencontre d’Helena et de Julien qui ont fait ce choix.
  • France 2 revient sur ces familles d’un nouveau genre : Quand l’amour entre les deux parents n’est plus nécessaire.

Helena est aujourd’hui comblée avec ses deux enfants. Être mère, elle se l’est toujours imaginé. Mais la quarantaine approchant, elle a eu peur de ne jamais le devenir, ne trouvant pas le père idéal.

Et puis elle a trouvé celui qui allait devenir le père de ses enfants. Julien était un ami, mais juste un ami. Il a accepté et les voilà aujourd’hui co-parents.

Julien Mechaussie

Un phénomène nouveau ?

Ces nouveaux parents cherchent à concilier leur désir d’enfants et leur liberté.
Devenir père ou mère, sans être en couple, le concept se développe.

Sur FR 2 (lien extrerne) une spécialiste de la petite enfance nous dit : « L’absence d’amour entre les deux parents n’est pas nécessairement problématique… » puis « … changez vos croyances »

Sabine Walper

Notre relation à Dieu ?

Dieu tout puissant, créateur de tout, ailleurs, supérieur, en haut, commandeur et justicier ?

Il aurait une armée d’anges pour imposer sa loi. Il serait le berger du troupeau, « tu es mon berger… Rien ne saurait manquer où tu me conduits… Dieu vu comme un Chef ? Des images d’un autre temps ? Un langage archaïque ? Nous serions dépendants et soumis ?


Quelles chances, quels risques ?

Les changements en cours sont-ils bénéfiques pour l’individu, la vie en la famille, la société ?

En tant que chrétien, en tant qu’habitant du monde, nous devons tendre vers un modèle qui met au centre l’Amour de soi et de notre prochain et la défense du bien commun en respectant les plus faibles. Que penser de ces évolutions ?

M. Mitton

Groupes de discussion

Après un moment d’échange d’idées en petit groupes de 4 à 6 participants,
les phrases représentatives suivantes ont été rapportées
sur des Post-it en deux catégories :

Chances

 

  • Libre, autonome, responsable → à l’image de Dieu
  • Plus de liberté pour la femme : égalité des sexes, autorité parentale, droits des enfants, liberté de parole entre les générations, responsabilité des deux parents, même en cas de divorce
  • Liberté de choisir son futur en adéquation avec ses aspirations

 

  • Égalité, autonome, responsabilité → une chance pour être reconnu comme une personne
  • L’égalité et autonomie = une chance en cas de séparation, par de décès ou par rejet
  • Évolution du rôle de la femme, choisir son travail
  • Normal que la femme travaille ; Papa, Maman, c’est la même chose
  • L’autonomie raisonnable a du bon

 

  • La chance est par rapport à l’autonomie du droit professionnel
  • Chacun a sa place
  • Partage des tâches
  • Plus d’échanges
  • Ouverture sur le monde et les connaissances associées

Risques

  • Libre, autonome, responsable pour me droguer du plus jeune au plus vieux
  • Pourquoi avoir besoin de tant de conseillers si l’on est libre, autonome, responsable ?
  • Est-ce qu’il existe une liberté quand on est seul(e) ?
  • Projet ! Non, beaucoup de jeunes n’ont pas de projet !
  • Où est le bonheur ?

 

  • La séparation reste un traumatisme pour les enfants.
  • Si le couple est sans amour dans la co-parentalité, l’enfant peut-il être en sécurité ?
  • Les enfants doivent connaître leurs parents génétiques : où est l’Amour ?
  • Quel avenir pour l’adolescent, comment va-t-il se construire sans opposition à un père et une mère qui s’aiment ?
  • Quelle filiation par rapport aux grand-parents ?
  • Risque de faire un enfant roi et un adulte égocentrique
  • Complexité de gestion de l’affectif de l’enfant dans des environnements différents

 

  • La co-parentalité : sans connaître l’amour de ses parents, comment ensuite vivre l’Amour ?
  • Quelle durabilité du co-parenting ?
  • Dans cette évolution, n’y a-t-il pas qu’un seul fondement : l’individualisme
  • Manque de repères, de sens de vie
  • De la solitude, synonyme de grande tristesse
  • Hommes émasculés, parents démissionnaires, banalisation du sexe ; le porno est partout

Certains participants à cette soirée sont repartis frustrés de n’avoir pas pu prolonger plus la soirée.
Ainsi qu’à ceux qui qui ont eu un empêchement, on leur redonne la parole ici.

Nous vous invitons participer à la discussion dans la zone de commentaire

Cet article comporte 2 commentaires
  1. Merci pour la qualité de ce Blog la soirée passée ensemble est reproduite complètement et fidèlement.
    Tout le monde n’avance pas d’un même pas. De nombreuses familles ( surtout chez les plus de 60 ans) vivent encore aujourd’hui en suivant le modèle « égalitaire ».
    Le dépouillement des avis des participants révèle un déséquilibre entre la colonne des « Chances » et celle de « Risques ».
    Ne pouvons nous pas dire que le statut de l’humain «  libre ; autonome ; responsable » ne suscite pas beaucoup d’envie ?
    Certes être libre, autonome et responsable c’est tendre vers l’idée que l’on se fait d’être «  à l’image de Dieu » mais tendre seulement car il manque l’essentiel : l’Amour.
    L’Amour, n’est ce pas ce qui manque le plus aujourd’hui ?

Répondre à Robert Annuler la réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Back To Top