skip to Main Content

Le temps de Pâques passe d’une façon incroyablement vite et nous montre de plus en plus une image importante pour nous les Chrétiens. C’est l’image de l’Église qui se manifeste avec la puissance de l’Esprit que Jésus enverra pour vivre l’unité de l’Église. En ce sixième dimanche de Pâques, les lectures nous invitent à reconnaître quels sont les vrais signes de la présence de Dieu au milieu de son peuple.

La première lecture nous présente la conversion des samaritains. La conversion d’un peuple peut causer beaucoup de joie et aussi des questionnements dans la communauté des chrétiens. La première lecture commence avec « l’un des Sept » qui va annoncer aux samaritains la bonne nouvelle. Il y a quinze jours, si vous vous rappelez, les disciples avaient choisi sept personnes qui puissent annoncer et maintenir en communion l’Église. Ils avaient choisi sept diacres. Philippe vient annoncer la bonne nouvelle aux samaritains. « Les foules, d’un même cœur, s’attachaient à ce que disait Philippe, car elles entendaient parler des signes qu’il accomplissait, ou même les voyaient. » Cet événement cause une grande joie à tous ceux qui écoutent l’Évangile, la bonne nouvelle, et cet événement doit être confirmé par la présence de Pierre et Jean. C’est une image vraiment belle car les samaritains et les juifs n’étaient pas proches. Les juifs n’aimaient pas les samaritains et les samaritains n’aimaient pas les juifs. Et qu’est-ce qui se passe ? Les samaritains accueillent le baptême de Philippe mais ils auront besoin de Pierre et de Jean pour imposer les mains à ces hommes-là, pour confirmer la mission qu’ils ont eue, à la prédication de Philippe, ils viennent pour redonner une force importante, cet Esprit qui enverra ces disciples, ces nouveaux baptisés annoncer une bonne nouvelle. « À leur arrivée, ceux-ci prièrent pour ces Samaritains afin qu’ils reçoivent l’Esprit Saint ; en effet, l’Esprit n’était encore descendu sur aucun d’entre eux : ils étaient seulement baptisés au nom du Seigneur Jésus. Alors Pierre et Jean leur imposèrent les mains, et ils reçurent l’Esprit Saint. »

L’image de Pierre et Jean, des apôtres, nous rappelle que ces nouveaux baptisés avaient besoin que l’Église invoque sur eux la puissance de l’Esprit, pour témoigner que son adhésion à l’Église nous fait former un seul corps, l’unité dans la diversité. La prédication des apôtres vient détruire une barrière immense qu’il y avait entre juifs et samaritains : la haine. C’est la force de la prédication qui va créer une nouvelle communauté dans l’unité et leur donnera une Foi qui fera des miracles.

La réponse que le monde attend aujourd’hui, c’est que les chrétiens puissent donner raison de leur Foi, comme dira saint Pierre : « Soyez prêts à tout moment à présenter une défense devant quiconque vous demande de rendre raison de l’espérance qui est en vous ; mais faites-le avec douceur et respect. »

Cette recommandation de saint Pierre est qu’il nous invite à voir comment nous pouvons aujourd’hui témoigner avec cet Esprit dans nos vies. Celui qui ressemble à Jésus, peut continuer, au milieu des problèmes de la vie, à vivre de l’Esprit qui nous vivifie et nous conduit à la vie de Dieu.

Le Seigneur attend que nous puissions porter Jésus dans nos vies, pour que nous puissions montrer la beauté du christianisme. Si nous demeurons dans l’unité du Père, avec l’aide de l’Esprit Saint, nous pourrons vraiment manifester cette grandeur de Dieu.

Aujourd’hui, l’Évangile met en évidence comment cette rencontre peut se produire en chacun de nous, si nous gardons dans l’amour la promesse que Jésus nous a faite :

« Si vous m’aimez, vous garderez mes commandements. Moi, je prierai le Père, et il vous donnera un autre Défenseur qui sera pour toujours avec vous : l’Esprit de vérité, lui que le monde ne peut recevoir, car il ne le voit pas et ne le connaît pas ; vous, vous le connaissez, car il demeure auprès de vous, et il sera en vous. »

Jésus était le premier défenseur de ses élus et pour nous soutenir, il envoie cet Esprit pour qu’il nous rappelle qu’il est toujours avec nous. Jésus nous a dit qu’il ne nous laissera pas seul.

Pour recevoir l’Esprit Saint, nous devons préparer cette demeure pour que nous puissions devenir ce que le Seigneur attend de nous : être ses témoins dans le monde.

Nous nous demandons : quel est le commandement que Jésus nous a laissé ? Et nous pourrions donner une réponse rapide : « aimez-vous les uns les autres ». C’est magnifique parce qu’aujourd’hui le Défenseur, l’Esprit qui vient de Dieu nous invite à accueillir cette bonne nouvelle que nous sommes les porteurs de la vie de Dieu, les nouveaux évangélisateurs de notre paroisse, de notre pays et du monde entier.

Avant de partir, Jésus nous donne un remède pour n’avoir pas peur de détruire les barrières que nous avons bâties. Jésus veut les détruire pour que nous puissions rentrer dans la joie, laisser voir l’avocat, le consolateur, le support de nos vies et savoir que Dieu compte sur nous pour que nous portions la bonne nouvelle à ceux qui ne connaissent pas la vie, la Vérité. Ce défenseur nous permettra de nous souvenir de la promesse que Dieu nous a faite « Je serai avec vous pour que vous puissiez porter la joie de Dieu ». Cet amour que le Seigneur a posé sur notre vie avec le baptême, il veut que nous puissions le faire resplendir dans notre vie, et nous le ferons quand nous vivrons cette unité dans la diversité. Un miracle peut se faire dans le monde d’aujourd’hui : l’amour dans la diversité, l’amour et l’unité.

Es-tu capable aujourd’hui d’accepter cet appel de Dieu ? Il veut déployer tout son amour, comme il l’a déjà fait dans nos vies et pour que nous soyons vraiment témoins à qui Dieu confie le salut du monde à nous, ses enfants. Dieu attend que nous puissions ouvrir les portes. Je vous invite à vous laisser porter, à vous laisser conduire.

Demandons à la Vierge Marie, la première disciple de Jésus, de nous enseigner à savoir le suivre jusqu’au bout. Avec lui, que nous puissions vraiment porter beaucoup de fruit. Et le fruit que le Seigneur attend est que nous puissions nous aimer entre nous, dans la communauté où nous vivons, dans la communauté paroissiale mais aussi dans la famille. Son amour se répand au milieu de nos faiblesses.

Demandons son aide à la Vierge Marie et à Jésus qui vient aujourd’hui se donner, pour nous donner son amour en plénitude.

Vivons cette Eucharistie mes frères !

Cet article comporte 0 commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Avatar for Robert

Robert

RKM

Homélie du Père Pablo à Mornant – 6ème Dimanche de Pâques 17 mai 2020

Back To Top