skip to Main Content
L’album D’une Belle Journée

Clos Fournereau - Journée festive inter-paroissiale
7 juillet 2019

« Jésus tu m’envoies ! »

Assembée

Une assemblée regroupée autour de l’autel en plein air, lors de la messe dominicale, pour faire « Église »

Photos du jour

Les instants joyeux et émouvants restent en mémoire

    • l’assemblée très nombreuse cette année par très beau temps.
    • le témoignage de 3 confirmés adultes
    • la participation des jeunes de l’aumônerie
    • la prestation des musiciens, chanteurs et de la danseuse
    • les animateurs de chants jeunes et dynamiques
    • les chaleureux et malicieux remerciements de Geneviève Faure à Jean-Luc Darodes
    • l’envoi de Jean-Luc vers sa nouvelle mission par Charles Henri avec la chaîne humaine de prière
    • l’apéro traditionnel sous la tente
    • le repas partagé, il y en avait dans toutes les places ombragées
    • pour conclure la fête, une partie de rugby échevelée, menée par Charles Henri

L’homélie de Jean-Luc Darodes

« Jésus tu m’envoies ! »

Durant les sept années passées parmi vous j’ai été émerveillé de découvrir combien vous êtes nombreux à répondre à cet appel et j’en rend grâce au Seigneur. Pour être de bons ambassadeurs du Seigneur, ce passage d’Évangile que nous venons d’entendre, nous livre quelques éléments sur la façon de vivre la mission.

D’abord « Priez le maître de la moisson d’envoyer des ouvriers »  toute mission commence par la prière pour s’ajuster au Seigneur par l’écoute de sa parole. Il ne s’agit pas seulement de prier pour que Dieu en appelle et en envoie d’autres, mais pour que nous nous ouvrions à être nous-mêmes envoyés.

Allez ! Voici que je vous envoie comme des agneaux au milieu des loups. Envoyés dans ce monde tel qu’il est avec ses indifférences aux autres et à Dieu et même parfois ses violences. Ensuite, il ne s’agit pas de s’armer de grands moyens d’évangélisation, mais plutôt d’aller à la rencontre des autres désarmés. « N’emportez ni bourse, ni bâton, ni sandales », allez avec simplicité comme Jésus quand il est venu à la rencontre des hommes ; pour que ce soit la Parole du Seigneur et non les apparences qui séduisent les cœurs.

Ne pas aller vers les autres en détenteurs de la vérité ou en donneurs de leçons, mais en nous présentant comme des femmes et des hommes de Paix. « Dans toute maison où vous entrerez, dîtes d’abord Paix à cette maison ». Cette Paix qui est le premier cadeau de Dieu quand on lui ouvre la porte de nos maisons, de nos cœurs. Il faut aussi se laisser accueillir. Impossible d’apporter la paix si on ne se fait proche de ceux qui nous accueillent, « mangeant, buvant ce qu’on vous donnera ».

Être dans une attitude d’échange, une réciprocité, j’ai à recevoir de ceux-là mêmes à qui je veux apporter la Bonne Nouvelle. Toutefois, le Seigneur nous donne pouvoir de chasser les Esprits mauvais « et si votre paix n’est pas reçue elle reviendra sur vous ». Si on n’est pas reçu, écouté, restez en paix, ne pas se culpabiliser, ne pas le vivre comme un échec personnel. Ne pas non plus en vouloir à ceux qui refusent de nous entendre, les laisser libre.

Puis après la rencontre, le service, la mission, revenir dans la prière pour rendre compte et nous trouver dans la joie non pas de ce que nous avons fait et réussi mais se savoir heureux d’avoir été envoyé car nous dit Jésus : « Parce que vos noms se trouvent inscrits dans les Cieux ».

Homélie de Jean-Luc Darodes (7 juillet 2019)

Un autre portier

Quand je regarde les 7 années que j’ai passées au milieu de vous je ne peux que rendre grâce. Je savais que l’évêque m’envoyait dans un secteur riche de ses traditions rurales, chrétiennes et associatives.

J’ai découvert une paroisse que mes prédécesseurs avaient su mettre en état de marche non seulement pour elle-même, assurer le service pastoral et liturgique mais aussi la dimension missionnaire que l’appel du pape François a depuis stimulé.

Dans l’Évangile du « Bon Pasteur » Jésus se présente comme le berger des brebis. Il les aime, et les connaît chacune par son nom. Elles écoutent sa voix et le suivent. Outre les brebis et le berger il y a un personnage dont on ne dit qu’un mot. Il est chargé d’ouvrir la porte de la bergerie pour que le berger puisse s’approcher et faire entendre sa voix au brebis. Un modeste service dans lequel je me plais à reconnaître la mission spécifique du curé.

Quand un curé part on s’inquiète « sera-t-il remplacé ? »  Après l’effondrement du nombre de prêtres dans les années 60-70, lorsqu’on priait pour les vocations on pensait essentiellement aux vocations sacerdotales. Depuis déjà plusieurs années on a remis au centre la vocation de tous les baptisés. Le concile et les paroles du pape (tous disciples-missionnaires) ont renforcé cette prise de conscience que c’est tout le Peuple de Dieu qui à pour mission d’annoncer l’Évangile du Christ et de bâtir Le Royaume dans le monde tel qu’il est.

Localement c’est bien la communauté paroissiale qui doit porter la mission. Croyez-vous que j’aurai pu remplir ma mission sans vous !

    • Sans les couples qui accueillent les jeunes pour les accompagner vers le mariage ou le baptême de leurs enfants.
    • Sans les équipes funérailles à l’écoute des familles en deuil pour leur manifester la compassion de Dieu et l’espérance chrétienne.
    • Sans les initiatives des E.R.P.
    • Sans les catéchistes et les parents initiant les enfants à la foi.
    • Sans les équipes liturgiques, les divers groupes de prière, les visiteurs de malades….
    • Sans tous ceux qui ont eu une présence active dans la vie des villages et des associations.

Qu’aurais-je pu faire ?

J’ai essayé d’être le portier qui ouvre la porte de l’enclos paroissial pour que le Christ puisse être écouté, reconnu, reçu et suivi pour sortir. C’est le père Charles Henri Bodin qui va prendre le relais avec l’aide d’un vicaire. Les portiers changent mais le Berger, lui continue à conduire, enseigner, libérer et donner sa vie pour ses brebis.

A l’approche de mon départ pour St Priest soyez tous remerciés ET rendons grâce à Dieu pour sa fidélité.

Jean-Luc Darodes (LE SIGNAL de juin 2019)

Nouvelles têtes

Nouveau vicaire

Le vicaire Pablo Danilo Arias Lopez venant de Villeurbanne Sud, est nommé dans notre Secteur Pour épauler Charles Henri dans sa nouvelle charge de « Curé des deux paroisses du Secteur Pastoral » après le départ à la retraite, cet été, de Jean-Luc Darodes.

Renfort d’été

Comme les années précédentes, pendant la période estivale de vacances de nos curés, dans le cadre de la coopération diocésaine, Paul Bamogo, prêtre du Burkina Faso, nous viendra en renfort temporaire de deux mois.

 

Cet article comporte 2 commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Robert

RKM

Back To Top